L'art mis à nu au restaurant social vendredi 8 novembre à 13h30

  Projection du film d'art : 

"Le cours des choses"

de Peter Fischli et David Weiss 1988.

Une œuvre de la collection du Frac des Pays de la Loire. En présence de Lucie Charrier du Fonds Régional d'Art Contemporain des Pays de la Loire

Débat animé par La Sagesse de l'image " L'art à l'épreuve d'un restaurant social". Qu'est-ce qui peut faire art en dehors des caractéristiques sociales snobs branchées mode, vintage ou machine à fric du domaine ?

En deuxième partie :  Les objets qui se libèrent dans l'histoire du cinéma

Après des échanges sur le film , projection d'un ou plusieurs des extraits de cinéma - où la mise en scène des objets s’exprime souvent dans le registre burlesque.
"Ballet mécanique" de Fernand léger, "Entr’acte" de René Clair et Picabia, "Pour épater les poules" de Charlie Bowers, "Edward aux mains d’argent" de Tim Burton.

Commentaire :
 La libération ou l'autonomie des objets en art, est consubstantielle du développement, social, industriel des machines; c'est un prélude en art à l'autonomie des formes. Le cinéma lui-même est une telle machine associée dés son origine au train par exemple. La machine c'est la reproduction du même qui s'ouvre sur une externalité. Cela devrait avoir un avenir, dés lors que la création des formes et leur autonomie deviennent plus démocratiques et plus écologique - au sens étymologique du mot ecologie, de la prise en compte de l'ensemble qui s'ordonne selon une harmonie contre un chaos (à l'image de la maison, l'oikos grecs c'est dans l'idée, la cabane en trépied que se construisent les 3 personnages à la fin de Mélancolia ou bien l'abri anti-fin du monde de Take shelter). La multiplicité de la résistance contre l'implantation d'un aéroport dans le bocage est aussi de cette nature. L'univers de la machine est pris dans une contradiction entre libération et suprême asservissement. Ici on essaie de dépasser cette contradiction qui revient par la lucarne du cinéma. 


Restaurant social 16 rue Pierre landais Accès

Entrée libre, bienvenu

Aucun commentaire: