Compte rendu de la rencontre du 8 Août 2016



Autour de la table et sur la Place du 08 août 2016 ( paroles rapportées de la discussion)
Quartier de la “ Bottière Pin Sec “. 
Rédacteurs : “ Arts de faire “ (Audrey Degrendel et Clélie Mougel)

Participants :
- Sylvaine Babonneau, Anatole Maquaire,  Rémi Deniau et Christine pour  association des habitants Bottière Pin-Sec.
- Noël et Marie-Noëlle pour Récup'Halvêque
- Tanagore pour Et Demain et le jardin des amis du Rouge gorge.
- Ouaria Bénatti  pour Le Huit
- Sarah Sculo pour Darlo
- Eric San José pour le jardin collectif partagé
- Hélène Jan pour Pause Café
- Alain Arnaud et Marguerite Prioleau pour La Sagesse de l'image
- Audrey Degrendel et Clélie Mougel, représentants de Arts de faire

Les actions à l'ordre du jour de cette rencontre étaient les suivantes:

> Se restituer la trame du Compte Rendu de la précédente rencontre
> Évaluer la forme du rapport rédigé à la suite des rencontres autour de la table
> Trouver à nommer le collectif ou ce mouvement actuel (si cela prend sens pour tous...)
> Préfigurer une action commune sur les lieux (une sorte de "Fête du DIA")
> Réfléchir à la charge de travail et aux moyens à mettre en œuvre pour suivre ce projet
> Définir la nature, le contenu et la forme de la prochaine rencontre...
> Se poser la question du ou des chantiers dans lesquels chacun et chacune pensent se positionner et de quelle façon…

1. Questions pratiques sur la forme du compte-rendu des discussions autour de la table.

> Les entrées des sujets abordés sont parfois complexes néanmoins le dernier rapport rédigé retranscrit bien les éléments qui avaient été énoncés à la précédente rencontre.
> Changer le nom du “ compte-rendu “ qui est perçu comme trop formel. Proposition : rapporteur de paroles, il s’agit de révéler l’aspect créatif du groupe.
> Arts de faire a proposé d’essayer un nouvel outil durant les discussions autour de la table : utiliser un tableau sur lequel les paroles et les idées pourront être retranscrites directement afin que chacun puisse avoir un aperçu de toutes les observations qui auront été faites. Cet outil servira également à Arts de faire pour que ses rapporteurs puissent rédiger la note de synthèse de la rencontre. Récup’Halvêque se propose d’apporter pour la prochaine rencontre un tableau avec des feuilles. Il ne s’agit pas d’un outil définitif, nous allons le tester afin de voir s’il fonctionne avec le format de nos discussions autour de la table. De la manière générale, il est proposé que chaque outil mis en place soit évalué.
> Le document Framapad mis en ligne par Éric est un support sur lequel les associations peuvent exprimer leurs désirs, envies et demandes. Chacun est libre de communiquer ses attentes afin de nourrir les projets du groupe.

2. Est-ce que les personnes qui se rencontrent autour de la table constituent un "collectif "?

> Le terme “ collectif “ donne une impression de quelque chose de figé, restreint, fermé… Or ces rencontres doivent permettre aux participants d’entrer et de sortir comme ils le souhaitent. Pourtant, au niveau des interlocuteurs et des institutions, le mot “ collectif “ serait mieux entendu, il serait plus solide.
> L’enjeu de se groupe n’est pas de se caler sur le vocabulaire des institutions. Proposition du terme “ mouvement “ : c’est un état d’esprit, il y a des choses qui changent. Un mouvement se veut plus anar, libre et ouvert.

3. Propositions de noms pour le mouvement.

> Plusieurs noms ont été évoqués, les voici listés avec les commentaires (en italique) qui ont été émis autour de chaque proposition :
- Autour de la table
- Quartier libre (il ne s’agit pas d’évoquer le nom du quartier, afin que cette initiative puisse prendre place peut être ailleurs dans d’autres quartiers. Néanmoins, il a été relevé que ce nom peut paraître trop “ révolutionnaire “)
- Mouvement collectif
-Jouer avec le préfixe Dia (en référence à l'identification des lieux par les habitants du quartier) : comme Diaspora (= membre d’une tribu, c’est un collectif culturel à dominante religieuse) ou Diasporev (afin de casser la connotation religieuse)
- La place (en référence au parking qui va être transformé en place dans le dessin des futurs aménagements. La place fait référence au forum, à l'Agora)
- Agorêve (la place des rêves) ou l’Agora des rêves. Ces deux dernières propositions seraient peut-être plus pour nommer le lieu que le mouvement...
- Mouvement de la place des rêves (côté hédoniste)
- Les rencontres en chantiers
Il s’agit de faire un choix parmi ces propositions ou de réfléchir à d’autres noms afin que l’ensemble du groupe puisse l’adopter.
> Faut-il décider maintenant le nom du mouvement ? Il a été proposé d’attendre le début du mois de septembre quand il y aura plus de personnes présentes aux rencontres pour le choisir.
> Afin d’aider à la recherche d’un nom pour le mouvement,  il serait intéressant de relever les origines de la Bottière (suggestion de Marguerite, membre de la Sagesse de l’image). Les vieux noms sont porteurs de sens, c’est pourquoi il serait intéressant de mettre en avant la toponymie du quartier. S’il y a un nom de lieu-dit ou des mots, des noms qui révèlent l’histoire du site.

4. Les axes de chantier du mouvement et les premières positions de chacun vis-à-vis de ces thèmes.

> Ce mouvement est l’opportunité de créer un chantier où nous partageons nos idées. Il s’agit de définir les demandes du quartier et les possibilités d’action.
4 axes de chantier ont été défini :
- Alimentation : de la terre à l’assiette
- Arts et cultures de la Bottière Pin-Sec
- Recyclage : faire vivre les objets
- Convivialité : habiter et vivre ensemble
- Un dernier axe libre est à définir, c’est un chantier de réserve que nous pouvons inventer en fonction des idées de chacun car nous avons tous des idées d’autre chose (comme par exemple : santé et bien-être).
> Cette répartition des thèmes permet de définir comment le collectif se construit et structure les futures rencontres du mouvement qui pourront se répartir entre différents groupes de travail.
> Chaque association et participant présent s’est positionné par rapport aux chantiers qui l’intéresse :
- Le Huit : Art et culture + Convivialité
- Récup’Halvêque : Recyclage + Convivialité
- Darlo : Art et culture (avoir un lieu de spectacle, intérêt commun avec Quai des Chaps)
- Hélène (association des parents d’élèves) : Convivialité + Arts et culture
- Sagesse de l’image : Convivialité + Art et culture (mais également volonté d’être transversal. Proposition d’une série de projections selon chaque axe)
- Éric : Alimentation + Recyclage
- Marguerite (Sagesse de l’image) : Convivialité + Art et culture + Recyclage
- Rémi : Recyclage + Alimentation
- Sylvaine : Convivialité
- Tanagore : Art et culture + Convivialité (vivre ensemble) + Alimentation
> Par rapport à l’axe Alimentation, Éric évoque l’aspect de la nutrition et la manière dont le mouvement pourrait s’investir de manière à faire adopter une nutrition saine à ceux qui le souhaite. Par rapport aux actions de l’association DLC, il pourrait être intéressant de les faire intervenir dans le cadre d’une épicerie solidaire. Un chantier évoqué pourrait être : De la terre à l’assiette (par rapport à l’alimentation).
> L’enjeu de ces axes de chantier est d’investir les lieux et attirer les personnes du quartier afin qu’ils prennent place sur le site, qu’ils se l’approprient.
> Ce groupe est là pour débattre. Il a été proposé de mettre en place une démarche de permaculture sur le quartier. Pour cela il faut identifier ce qui existe et définir ce qui peut être apporté. De cette manière, nous pouvons croiser les différents axes de chantier.

5.Créer un événement : la fête du Dia.

> Installer un dispositif de type caravane ou plus grand sur le parking de l’ex-Dia. Ce pourrait être le bar associatif de la place. Récup’Halvêque a 8 caravanes à sa disposition gratuitement, que l'on peut transformer, bricoler, découper en fonction des envies. Dans un premier temps, une de ces caravanes peut s’installer sur le parking de manière à faire commencer les choses le plus tôt possible. Pour cela, il faut demander des autorisations auprès des institutions (Sylvaine s’est proposée pour faire les démarches). Or, cette caravane doit appartenir au mouvement “ autour de la table“ (carte grise) afin d'être assurée, ce qui représente un coût.
> Afin de lancer le mouvement, il s’agit de créer un événement où chaque association pourrait s’investir en montant une animation. Cela pourrait prendre la forme d’un bal avec des lampions où des musiciens du quartier pourraient venir jouer. Il pourrait y avoir un bar pour boire un verre et un lieu ressource afin d’avoir un espace d’information pour les habitants et ceux qui fréquentent le quartier. Ce pourrait être une bibliothèque de rue où des ressources seraient partagées autour de chaque axe de chantier.
> À l’image des Rencontres Enchantées de l’association « Et Demain », le nom de l’événement pourrait être les rencontres en chantiers (nom également évoqué pour le mouvement).
> Afin d’égailler la façade blanche de l’ex-Dia, il serait intéressant de demander à des graffeurs de peindre la façade. Pour cela, il faudrait d’abord demander l’accord des institutions. Une enquête peut être faite pour savoir ce que les habitants demandent si nous égaillons les murs des lieux. Il a été évoqué la démarche de Façades exquises qui sont des artistes rémunérés par la mairie pour travailler avec les habitants dans le cadre d’une démarche de la culture partagée.

6.Événement par la Sagesse de l’image.

Proposition d’un ciné-débat sur un des axes de chantier. Ce pourrait être l’alimentation.
Début septembre, le premier mercredi du mois, la Sagesse de l’image propose une projection de “ Sacré croissance “.
Sur un format de co-animation avec des associations qui s’investissent dans la décroissance comme DLC. Il reste à trouver les participants pour animer le débat autour du thème de la décroissance.

7.En guise de conclusion et de préparation pour la prochaine rencontre :
Proposition pour la prochaine rencontre (Associations et Habitants) sur le site, le lundi 22 août 2016 à 18h30, sur le parking de l'ancien centre commercial :

> Se restituer la trame du Compte Rendu de la précédente rencontre
> Choisir un nom parmi les propositions données ou en suggérer de nouveaux
> Préfigurer l’événement de l’ex-Dia afin de définir ce que nous souhaitons faire et sous quelle forme
> Définir la nature, le contenu et la forme de la prochaine rencontre...
> Se poser la question du ou des chantiers dans lesquels chacun et chacune pensent se positionner et de quelle façon…
> Prévoir la projection proposée par la Sagesse de l’image en définissant les participants et le sujet du ciné-débat.

Aucun commentaire: