Refus de la misère : compte rendu réunion du 2 07 14 par A.Lebot



Notes et propositions suite à la réunion du 2 juillet

Ce que j'ai entendu ( non exhaustif et dans le désordre) :
-       le thème du refus de la misère est fédérateur pour de multiples associations et individus
-       pourquoi une journée seulement ?
-       ceux qui sont le plus dans la misère ne sont pas là
-       pourquoi ne pas envisager d'instituer un réseau durable avec cet objectif de casser la misère ?
-       il existe déjà, dans certains quartiers, des initiatives solidaires, en phase avec ce refus de la misère ( commerçants, artistes, etc...)
-       une info sur cette journée a déjà touché plusieurs structures dont le CCAS
-       valoriser ce qui est positif ; ne pas verser dans la commisération
-       pour l'accroche, rechercher une tête d'affiche
-       pourquoi ne pas essayer d'ouvrir un squatt ?
-       certaines personnes sont tellement blessées qu'elles ne sortent plus de chez elles
-       mettre en avant ceux qui, dans l'ombre, contribuent à casser la misère
-       créer des bassins d'emploi où s'expérimenteraient '' un emploi pour tous ''
-       profiter de ce 17 octobre pour, entre autres actions, ré-inventer la marionnette
-       solliciter un maximum de commerçants et même d'établissements scolaires et plus, en leur propositions d'exprimer leurs idées et aussi leurs expériences pour casser la misère
-       une certaine violence pour que ça change

Ce que je propose :
-       se focaliser sur cette expression du plus grand nombre, à partir de boîtes à idées
-       ces BAI seraient à proposer à tous les commerçants et autres structures intéressées
-       la réalisation des boîtes serait à l'initiative des intéressés ( P.J. : une proposition )
-       ceux-ci recevraient une note explicative / démarche et sa suite
-       ceci supposerait une action de communication très au large, assez rapidement menée et relayée par chacun d'entre nous, de telle sorte qu'elle se déroule sur un moins un mois avant le 17 octobre ; mettre aussi dans le coup, la TAN
-       cette action de capillarité serait le cœur de notre 17 octobre mais n'exclurait pas quelques animations au Restaurant Pierre Landais, sur une plage de temps plus modeste que celle envisagée
-       le dépouillement de ces BAI demandera du temps et des moyens en personnel, autre façon de rendre durable le 17 octobre
-       une action de sensibilisation des décideurs devra suivre ( porter à connaissance le fruit de cette grande enquête sur le terrain )
-       impliquer des universitaires dans cette démarche
-       informer le plus en amont possible la Ville de Nantes ( Nantes Passion ) et plus, si possible

*****
2 pièces jointes :
-       La Boîte et les messages d'accompagnement
-       L'emploi conçu comme un droit ( info annoncée)
.
Compte rendu rédigé par un membre de ATD Quart-monde
.

Aucun commentaire: