Conférence : "Musiques et cinéma pendant les années folles"


Bibliothèque de la Halvêque

Samedi 9 février à 15h

"Musique et cinéma pendant les années Folles"

Conférence d'Alain Arnaud
dans le cadre de la Folle Journée 2013

Accès gratuit

Après la première guerre, les expressions créatives se libèrent, c'est un bouillonnement des années folles qui fonde notre modernité. 
Exploration des rapports  entre musique, cinéma et arts plastiques avec des extraits de films de Abel Gance, René Clair, Picabia, Hans Richter, Fernand Léger, Man Ray - Et les musiques de Arthur Honegger, Francis Poulenc, Darius Milhaud, Georges Auric… etc..

Commentaire après la séance :

Michèle,
Merci pour le voyage, l'ami. Et la surprise de la projection d'un extrait " des mystère du château de Dé" et tant d'autres extraits si rares.  Tu nous promènes au coeur de tes trouvailles ; merci de nous les raconter simplement. On revisite une époque mais pas de poussière, si ce n'est d'étoiles.  A dada sur le dos du loup qui se balade dans un monde onirique, on se laisse embarquer et on sort tout ébahis, contents, plus riches qu'avant. Chapeau maestro     

Alain
De cette Sagesse vous êtes notre présidente ca fait d'autant plus plaisir de le recevoir de vous.  
Me plait que le syncrétisme de Darius Milhaud, cette autonomie des lignes mélodiques qu'il introduit, pour les faire jouer ensemble dans leur autonomie, corresponde à ce que Edouard Glissant appelle la "créolisation" du monde. Que dans sa musique le jazz des bastringues des noirs de Harlem à l'aube des années 20 fasse syncoper notre vie 90 ans après.

Elise :
Merci Alain pour toutes ces découvertes... C'est passionnant... 

Alain :
Le merci est partagé et les découvertes sont partagées. Je suis content d'avoir mis en conjonction l'autonomies des lignes sur le plan musical, cinématographique et sociétal. D'avoir mis en rapport cette autonomie avec le croisement des sensations, la synesthésie. D'autre part avec un double mouvement d'émergence : celui de l'imitation des formes anciennes ou au contraire du jeu radical d'en essayer de nouvelles. En cela les années 20 peuvent être un bon observatoire pour ce qui se passe aujourd'hui. Dans le double geste se réapproprier ce qui a déjà eu lieu ou au contraire de bousculer radicalement le jeu, d'innover.  Le dadaïsme nous montre que l'innovation a toujours lieu à côté de l'endroit où on l'attendait. Ce qui indique quelle a besoin de cette attente mais ne peut s'y circonscrire.  

Hélène :
Je connaissais Satie mais cette conférence m'a donné envie de découvrir F. Poulenc et D.Milhau ( moins Honegger ). Mais je serai peut-être rendue à ma troisième dentition  avant d'avoir pu écouter l'ensemble des oeuvres des 6 ! Il y a tellement de choses intéressantes à découvrir qu'il me faudrait au moins 3 vies!   Merci, quoi qu'il en soit !  



Accès :
Maison de quartier de la Halvêque, Nantes Beaujoire
Juste à côté de la bibliothèque
22 rue Léon-Serpollet Nantes -Beaujoire
à 3 mn du tram

Tram ligne 1 vers Beaujoire (ne pas prendre Ranzay)
(Arrêt "Halvêque" juste avant le terminus Beaujoire)
Renseignements :  tel : 02 51 13 67 15  portable : 06 58 76 69 05


Aucun commentaire: